Archives Mensuelles: mars 2014

Equitation « naturelle », les pionniers.

J’ai voulu partager ce petit reportage sur quelques pionniers d’une approche naturelle, voire radicale de la relation homme/cheval.

On peut faire de la compétition et rester ouvert à d’autres voies. Ecouter les autres expériences. On ne sait jamais. Tout n’est pas blanc ou noir. On ne saura jamais qui a raison … d’ailleurs existe-t-il une vérité concernant l’équitation ?

Je partage cette vidéo pour inciter à se poser des questions. Je ne partage pas le même mode d’interaction avec les chevaux, mais je crois qu’il est intéressant de garder un œil ouvert. Certains partis pris sur cette vidéo sont un peu exagérés pour moi, mais ils ont l’avantage de répondre à un cheminement logique.

Observer un cheval, qu’est ce que ça veut dire ? Le regarder au pré en s’imaginant ce qu’il peut penser ? Attention à l’anthropomorphisme, comme Linda Kohanov, qui parle du cycliste qui ressemblerait à un Alien selon ses deux compagnons. Il est facile de faire parler le cheval et d’interpréter ses réactions. Facile de se créer une réalité propre. Mais est-on forcément dans le juste ?

Alexandre Nevzorov est un personnage controversé, mais son travail est intéressant. On aimerait cependant avoir plus facilement accès aux études dont il parle, ainsi qu’une lecture des résultats par différents vétérinaires.

Ce qui me gêne dans ce genre de reportage, c’est la sorte de « propagande » culpabilisante, avec toutes les séries de photos de chevaux à l’envers, meurtris par leur mors. Je ne pense pas que cette façon de faire fasse changer radicalement les cavaliers classiques. Bien que ces scènes équestres violentes mettent toujours mal à l’aise.

Il serait aussi intéressant d’avoir des approches  « naturelles » de cavaliers pratiquant le sport à haut niveau. Car tant que le « naturel » se heurtera à la « performance », il sera difficile de faire passer un pont entre ces deux mondes. Le mieux est de ne pas verser dans un intégrisme, qui nuit au message que l’on veut faire passer.

On doit se poser la question encore et encore. Se sentir en harmonie avec sa vision de l’équitation. Je n’ai jamais entendu un écuyer parler de rapport de force, mais plutôt d’éducation et de collaboration.

Publicités