Les chevaux nous parlent ?

Mister Ed, ou la communication équine avant l’heure

J’ai lu une interview qui m’a laissée perplexe, dubitative, voire songeuse, osons le dire !

Marc Boblet est à l’honneur dans l’Eperon du mois de mars. Enfin à l’honneur, façon de parler je dirai. Il est en couverture du magazine et une longue interview lui est consacrée, dont on sort un peu déstabilisé. Enfin moi.

Résumé de l’article :

Un couple de propriétaires achète Noble Dream pour leur fille, la jument a fait les épreuves jeunes chevaux avec Jessica Michel : médaille de bronze des 5 ans et 9ème des 6 ans à Verden. Marc n’aime pas trop les « stars de Verden » (championnat du monde des jeunes chevaux de dressage). Je me dis que c’est parce qu’il trouve que c’est trop contraignant pour les jeunes, mais non, utopiste que je suis ! D’après lui, on leur demande d’avoir de « grands rayons » alors qu’en Grand Prix il faut savoir aussi se rassembler. Bref !

La jument est difficile, voire ingérable, Marc passe par là un jour, ils lui demandent de l’essayer. Il accepte de la prendre dans ses écuries.

C’est le début de la galère, la belle est très compliquée, osons même dire hystérique d’ailleurs elle ne sort que pour travailler ou pour brouter en main et suit un régime spécial dû à un tenace ulcère à l’estomac.

Marc qui a connu le succès avec Within star,qui est retiré brusquement de la compétition en 2011 à cause de  ses tendons fragiles (/isés ? ), avoue qu’il a été mis sur le devant de la scène sans avoir assez de recul à l’époque. Il travaille avec quelques entraîneurs français connus, mais comme il le relate, on lui demande de pas trop « toucher » devant (comprendre ne pas mettre trop de tension dans la bouche). Et selon lui cela ne donnait pas de résultats probants : il a mis plusieurs mois à passer une transition trot/galop (pourtant il me semble qu’elle devait l’avoir fait avec Jessica en épreuves jeunes chevaux ?). Les problèmes en concours se multiplient, pourtant il n’envisage pas de passer au cirque, bien qu’elle semble marcher hyper bien sur ses postérieurs.

Il se tourne alors vers ses idoles : Edward Gal et Hans Peter Minderhoud.  L’équitation scandinave est pour lui la révélation. Il dit que ses principes sont bauchéristes. J’étais un peu surprise car il parle également de l’hyper flexion comme étant une technique très utile (si elle est bien faite bien sûr, comme les rênes allemandes j’ai l’impression, c’est toujours les autres qui le font mal, mais quand on le fait soi-même évidemment c’est une réussite et le cheval est youpi content).

Quel rapport avec Baucher ? Il explique après que c’est le fameux « mains sans jambes et jambes et sans mains ». On comprend très vite en lisant la suite qu’il s’agirait surtout de MAINS sans jambes tout court et plus tard jambes quand la bouche est totalement perméable. Car c’est une idée fondamentale pour lui. Le cheval doit accepter la main avec une totale soumission et ça passe par un travail de flexions avec un contact parfaitement symétrique, même s’il est très fort : « Au départ, on aura peut-être 10 kg dans chaque main, puis de moins en moins. »

Je sens que certains se demandent où je veux en venir avec mon titre en total opposition avec ce que j’écris. Patience, le meilleur arrive !

Ce qui m’a le plus surprise dans cet article n’est pas tant les méthodes de travail qu’il prône. Quoique j’aurai pensé qu’un cavalier arrivé au niveau international connaisse déjà différentes méthodes de travail, leurs avantages, leurs bénéfices ou contraintes pour le physique du cheval, sans avoir à courir d’entraîneurs en coachs réputés.

Non le plus incroyable est qu’il parle de communication et de confiance. Oui oui.

Comprendre la psychologie du cheval permet de créer une communication différente, basée sur la confiance. J’ai essayé de comprendre le fonctionnement de Noble Dream, du coup, elle ne s’est plus sentie agressée et la confiance est revenue petit à petit.

Il parle aussi des Pignon et Lorenzo qui font des « trucs de fou »…. »nous avons beaucoup à apprendre de ces gens là ».

Et de légèreté aussi :

La légèreté, c’est d’abord avoir une bonne communication. Ce n’est pas l’horrible légèreté définie comme le souffle de la botte et juste le poids des rênes dans les mains !

Ça prouve tellement la subjectivité de la communication avec le cheval. Pour certains, il s’agit de ne mettre le cheval que dans le confort. Pour d’autres de l’observer. Prenons Linda Kohanov avec son livre « Le tao du cheval », certaines de ses interprétations sont très personnelles : pourquoi les chevaux verraient les cyclistes comme des extra terrestres ? (oui cette phrase est tirée du contexte, mais elle m’a énervée).

On a donc là un cavalier qui pratique une discipline extrêmement difficile pour les chevaux à ce niveau et qui parle pourtant de communication. Cet article soulève ce malaise je trouve. On met la « communication » à toutes les sauces, c’est le nouveau mot vendeur. On peut pratiquer n’importe quel type d’équitation, fût-elle « virile », mais du moment qu’on communique, on est sauvé !

Evidemment à nos niveaux les chevaux ne sont pas soumis à autant d’exigence, mais il est important de ne jamais s’enfermer dans un système de pensée sans continuer à se documenter. Il y a des scientifiques qui travaillent sur les réelles capacités et le bien-être des chevaux. J’ai l’impression que chacun s’arrange avec sa conscience pour ces histoires de communication.

D’ailleurs j’avais concours dimanche et samedi un vent à décrocher un poney de sa touffe d’herbe s’est mis à souffler toute la journée. On se demandait donc s’il était était raisonnable de maintenir nos plans de concours (les obstacles ne tenant pas debout dans notre carrière) lorsque mon equidus décoiffus rentra de son paddock préféré. Nonchalamment il mis en avant son antérieur gauche : il lui manque le fer. Trop tard pour le maréchal, on n’ira pas braver la tempête, à l’eau le premier concours de la saison !

Je tiens donc moi aussi les prémices d’une communication sans faille avec mon saboteur du dimanche.

 

Publicités

Publié le 30 mars 2014, dans Réflexions, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Le moins que l’on puisse dire c’est que tout cela semble bien confus!
    Et on peut résumé une grande partie en une seule phrase:
    « l’équitation n’est rien d’autre qu’un dialogue tonique entre le cheval et son cavalier ».
    Et chacun sa façon de « parler ». On est plus ou moins brutal, agressif, tolérant, efficace…

  2. La communication n’est pas ni plus ni moins ce que l’on nomme dans le jargon équestre « l’accord des aides » ??
    simplement que tout le monde ne communique pas de la même manière… et ça ça ne changera pas…
    😉

  3. clairvoyant

    Avec tout ce que tu relates, je me dis qu’au haut niveau les cavaliers sont passés par différents mode de pensés et ce font leur propre théorie et façon de monter. Pour moi, là je parle de Marc Boblet puisque c’est de lui qu’il est question, pioche un peu partout les nouveaux modes de pensées et bidouille pour ce faire sa propre façon d’appréhender son équitation. Ce qui me chiffonne c’est qu’à 42 ans il en soit encore là, vous me dirai normale il évolue, pour moi cette recherche aurai dû se faire plus tôt dans ses vertes années, là où l’on a le droit de se tromper et de revenir en arrière pour reconnaître ses erreurs, si il en est encore là, même au haut niveau cela me questionne, tout nos soit-disant grand champion en sont-ils encore là ? Où créent-ils leur propre courant de pensée? Il ne faut pas oublié qu’ils sont l’exemple pour de nombreux jeunes cavalier et là cela fait peur, même si je suis convaincu que la plus part des jeunes peuvent faire la part des choses mais les autres prennent cela pour argent comptant, bonjour la contrainte sur leur chevaux.

    Merci encore pour ces articles toujours si bien écrits

    • Je crois que le mot que je retiendrai de ce commentaire (même s’il est long et que c’est pas très sympa de ne retenir qu’un seul mot je trouve…) c’est « contrainte ».
      Peut-on contraindre à ce point un cheval et l’aimer pour ce qu’il est ?
      (mais bon je suis bien d’accord avec le commentaire en entier !)

      • clairvoyant

        Si déjà un mot est retenu c’est que le commentaire à plu. Et merci encore de m’avoir lu entier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :