Equitation « naturelle », les pionniers.

J’ai voulu partager ce petit reportage sur quelques pionniers d’une approche naturelle, voire radicale de la relation homme/cheval.

On peut faire de la compétition et rester ouvert à d’autres voies. Ecouter les autres expériences. On ne sait jamais. Tout n’est pas blanc ou noir. On ne saura jamais qui a raison … d’ailleurs existe-t-il une vérité concernant l’équitation ?

Je partage cette vidéo pour inciter à se poser des questions. Je ne partage pas le même mode d’interaction avec les chevaux, mais je crois qu’il est intéressant de garder un œil ouvert. Certains partis pris sur cette vidéo sont un peu exagérés pour moi, mais ils ont l’avantage de répondre à un cheminement logique.

Observer un cheval, qu’est ce que ça veut dire ? Le regarder au pré en s’imaginant ce qu’il peut penser ? Attention à l’anthropomorphisme, comme Linda Kohanov, qui parle du cycliste qui ressemblerait à un Alien selon ses deux compagnons. Il est facile de faire parler le cheval et d’interpréter ses réactions. Facile de se créer une réalité propre. Mais est-on forcément dans le juste ?

Alexandre Nevzorov est un personnage controversé, mais son travail est intéressant. On aimerait cependant avoir plus facilement accès aux études dont il parle, ainsi qu’une lecture des résultats par différents vétérinaires.

Ce qui me gêne dans ce genre de reportage, c’est la sorte de « propagande » culpabilisante, avec toutes les séries de photos de chevaux à l’envers, meurtris par leur mors. Je ne pense pas que cette façon de faire fasse changer radicalement les cavaliers classiques. Bien que ces scènes équestres violentes mettent toujours mal à l’aise.

Il serait aussi intéressant d’avoir des approches  « naturelles » de cavaliers pratiquant le sport à haut niveau. Car tant que le « naturel » se heurtera à la « performance », il sera difficile de faire passer un pont entre ces deux mondes. Le mieux est de ne pas verser dans un intégrisme, qui nuit au message que l’on veut faire passer.

On doit se poser la question encore et encore. Se sentir en harmonie avec sa vision de l’équitation. Je n’ai jamais entendu un écuyer parler de rapport de force, mais plutôt d’éducation et de collaboration.

Publicités

Publié le 5 mars 2014, dans Réflexions. Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. Pas eu le temps de regarder le reportage qui est long, je me le garde sous le coude pour la soirée 😉
    Mais oui il est possible de faire du haut niveau avec une autre approche. Cela prends du temps, mais les résultats sont là. Je ne montais pas en obstacle, car je n’y suis pas très expérimentée, mais en TREC, qui est une discipline très complète. La collaboration du cheval y est primordiale, les épreuves durant 2 journées.
    J’ai commencé la compétition, avec des bases très classiques, comme beaucoup, mais qui au fonds ne me convenait pas vraiment. D’ailleurs avec l’une de mes montures je me suis retrouvée face à un mur d’incompréhension. C’est après avoir appris à faire autrement que cette jument à été sélectionnée pour le groupe France…

    Mais je crois surtout que les méthodes « classiques » s’éloignent de plus en plus de l’équitation traditionnelle française des écuyers… et c’est là le principal problème… tout le monde veut du résultat tout de suite, trop vite…

    Quelque soit la méthode, il faut du temps de la patience, et l’accord physique et mental du cheval…
    sinon on va droit dans le mur (plus vite que l’on ne croit d’ailleurs !!)

    • Et droit dans le mur au sens propre !
      Un peu plus de sens de l’observation et de culture équestre ferait le plus grand bien … à tout le monde d’ailleurs ! Malheureusement beaucoup sont plus intéressés par la couleur du tapis qu’ils vont mettre en concours ..

  2. …. euh… sous réserve que le dit tapis soit assortis aux guêtres évidement…
    Comme dit un vieux proverbe, l’habit ne fait pas le moine…

    J’ai pris le temps hier soir de visionner le reportage… intéressant, et peut être troublant également, mais je ne suis pas certaine qu’ils soit à la portée de tous, dans le cheminement personnel qu’il demande.
    Je m’intéresse actuellement à un livre d’une disciple de Linda, et je le trouve peu abordable également. j’en ferrai une analyse et un compte rendu, une fois achevé, relu et intégré, si j’estime qu’il en vaut la peine 😉

    communiquer et partager ainsi avec un cheval c’est simplement merveilleux (danser comme ils disent dans le reportage), mais cela demande beaucoup de travail et de remises en questions… Accepter de mettre les objectifs sportifs de côté pour mieux y revenir ensuite.

    Mais quel bonheur de pouvoir guider ensuite son cheval uniquement par la pensée, sans réfléchir. Je ne sais même pas exprimer clairement le sentiment et les émotions que cela procure. On pourrait dire que c’est magique, mais ça ne l’ai pas, c’est bien réel. Tellement réel que cette communion n’est jamais acquise, elle dépend à 90% de nous et de notre état d’esprit.
    Et l’esprit humain est tellement tortueux… que ce n’est pas facile au quotidien…

    Mais c’est possible et accessible, cela ne dépend que de nous, jamais du cheval.
    G.

    • Jolie réponse ! Moi j’ai lu le tao du cheval (on voit que je fais de vrais efforts quand même !) et je pense qu’il manque quand même un pont entre ces approches et le sport.

      Et je n’assortis jamais mes protects à mon tapis : je n’en ai qu’une paire..

  3. Je vais regarder le reportage ce soir, ou dans la semaine.
    Ceci dit, ça fait maintenant une paire d’années (depuis… 2008 ou 2009) que je monte la plupart de mes cheveux en collier.
    J’ai les photos de mon premier galop sur notre pur-sang, en liberté sous la pluie, toujours dans un coin.
    Avec ma jument (SF monstre), ça a été très très rapide, dès la deuxième balade je crois (la première étant en licol plat ; je l’avais montée deux ou trois fois en médiévales, et la plus marquante c’était en licol de corde, de nuit, sous le feu d’artifice, et à cru. Un souvenir inoubliable).

    C’est effectivement une relation presque magique, et qui dépend complètement, comme le dit Gaëlle, de notre état d’esprit. Etant mal dans ma peau, mon corps, ma tête, depuis plus d’un an… je ne peux plus monter comme ça, comme avant, à cru et en corde.
    Ma jument est toujours aussi gentille, douce, réceptive et respectueuse ; mais je ne suis plus à l’aise sur son dos.
    Je sens que ça lui fait parfois de la peine, comme à moi, mais sans aller dans l’antropomorphisme, c’est parce que je ne suis pas bien et qu’elle le sent, elle n’est pas bien non plus. On a une connexion très spéciale qui nous vaut des regards dubitatifs de la part des membres de la compagnie médiévale !

    Fin bref, tout ça pour dire que l’état d’esprit, dans ces situations, doit être très spécial, on ne doit pas être trop encombré de soucis autres, on doit « être dans son corps », pour arriver à capter les signaux que le cheval nous envoie, et ceux qu’on lui transmet.
    Mais une fois que cette « unité » est atteinte, c’est merveilleux ❤

    (et en cadeau, mon premier galop "libre" avec notre pur-sang http://www.flickr.com/photos/melluzyne/4615118637/in/set-72157604540267331
    http://www.flickr.com/photos/melluzyne/4615115119/in/set-72157604540267331)

    • C’est vrai que ce qu’on « trimballe » en nous est très important et ressenti par les chevaux … ils savent d’ailleurs très bien nous remettre à notre place !
      Vos photos sont super … moi je n’ai jamais essayé mais je crois que vraiment c’est une question d’état d’esprit. Ceci dit on peut aussi monter en filet, avec une selle et être doux et léger, en harmonie, même si trop de « sportifs » l’oublie, au profit de la performance pure, en s’éloignant trop de la relation avec l’animal.

      • Je suis tout à fait d’accord, j’ai obtenu ce sentiment aussi en selle (mais avec un hack par contre, ça fait des années que je n’ai pas remonté en mors « sérieusement », càd plus de cinq minutes).
        Mais les sensations quand on est « nus » dépassent de loin, je trouve, celles quand on est équipé : la confiance l’un dans l’autre (et réciproquement) doit être absolue, et rien que ce sentiment dépasse tout le reste. C’est ce sentiment, en fait, qui m’illumine sur les photos que j’ai mises. Ce grand couillon de cheval un peu crétin et hautain, qui me donnait autant, et en qui j’avais réussi à avoir une confiance absolue et totale.
        Connaître les possibilités qu’il a, ce qu’il pourrait faire (genre me tuer d’un coup de tête bien placé par exemple), et constater qu’il écoute, est attentif, et attentionné… C’est merveilleux. ^^

        je te conseille d’essayer, même juste une fois dans un manège, pour ressentir ça. Ca transcende !

      • Disons que c’est très loin de ce que je pratique au quotidien. Je suis dans une optique d’amener mon cheval au meilleur de son équilibre et de l’abaissement de ses hanches, mais dans le confort le meilleur pour lui. Je sais que peu paraître paradoxal et on peut me répondre qu’en terme de confort pour lui j’ai qu’à rien lui demander. Certes, mais cette année on va essayer de faire une saison de concours entière pour la première fois (il a 9 ans, c’est l’âge parfait pour commencer à travailler un peu plus) et j’aimerai arriver conserver chez lui son côté joueur, son envie d’aller sauter et de mon côté, m’améliorer à chaque fois plus pour ne pas le gêner et l’amener dans les meilleures conditions pour sauter.
        Donc en gros, il n’a jamais été monté à cru, et vu comment j’ai galéré une période avec son caractère dominant (c’est le roi de la cour de récré avec les autres chevaux !), j’aurai peur qu’il reprenne le dessus, ne serait-ce qu’une fois, et après c’est des mois de travail pour obtenir un ré-équilibrage à l’endroit X et pas 4 foulées après. Remarque une seule fois il serait peut être très étonné …
        Mais j’essaierai un jour c’est sûr et avec lui !
        (réponse à moitié claire…entre non, moui…enfin pas maintenant..)

  4. Merci beaucoup pour le partage !

  1. Pingback: Equitation "naturelle", les pionniers. | Equidus stupidis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :