C’est la crise … d’ado?

Déjà du caractère ...

Déjà du caractère …

L’hiver est une saison à part pour les cavaliers, jonglant en fonction du temps pour adapter au mieux les sorties des chevaux. Une période qui émoustille nos équidés, pressés de se réchauffer avec quelques figures artistiques, peaufinant leur style suivant la chute des températures.

Pour certains c’est malheureusement aussi le fameux hiver (roulement de tambour )  … des cinq ans !

Rien qu’à ce mot, combien d’amateurs s’assombrissent, voire sont terrorisés, se remémorant cette sombre période du couple cheval/cavalier ? ( Ai-je réussi à évoquer le côté théâtral de la scène? On pourrait rajouter un vol de corbeaux et des chevaux qui hennissent, l’œil inquiet )

Cette fameuse « crise d’adolescence » existe-t-elle vraiment ? Est- ce un passage obligé ?

Sur les forum on rencontre beaucoup cette expression et elle est souvent liée à des problèmes d’éducation, ou de travail :

 » Mon jeune cheval met des coups de cul alors qu’il était très gentil à 3 ans, que dois-je faire ? « 

 » Je ne m’en sors plus avec mon 5 ans, j’en ai peur aidez moi « 

On peut se poser la question de savoir si ce n’est pas un manque de compétence qui a plutôt mené ces cavaliers dans l’impasse.

Mon equidus salegossitus a lui aussi beaucoup changé, mais il y a eu de nombreux facteurs extérieurs qui pouvaient l’expliquer : changements de pension, de façon de travailler, de coachs. Ce serait trop réducteur d’en tirer une conclusion. Pendant ma formation, je l’ai mis en pension box (pas vraiment le choix), il avait 4 ans et était relativement éteint. De fortes défenses pour travailler mais je les expliquerait plutôt par un travail non adapté, mon manque d’expérience à ce moment.  Surtout une faible confiance en moi, accentuée par un entourage dénué d’humour envers lui même, mais pas envers ma personne. Bref en le changeant de pension (ou il est passé au paddock la journée avec d’autres chevaux à côté), il a enfin pu s’exprimer. A mes dépends parfois, mais peu importe ! Un cheval joueur, vif, ayant une vie sociale qui s’est même mis à être un peu sur l’œil et dominant (sans excès non plus). L’influence du milieu est donc très forte dans son cas et peut avoir accompagner une affirmation du caractère.

J’ai donc demandé à des cavaliers professionnels et amateurs éclairés en jeunes chevaux leurs avis. Il y a effectivement un changement durant les premières années de dressage, entre 4 et 6 ans, caractérisé par une affirmation du caractère qui suit une prise de force physique. Géré avec doigté, cette période marquera la qualité du dressage qui suit. Réussir à s’imposer en douceur, sans braquer le cheval, composer avec son physique. Un timide peut devenir dominant, un mou peu devenir chaud …

Je me suis dit qu’il fallait creuser un peu pour y voir plus clair et j’ai tout d’abord compulsé mes livres à la recherche d’indices. Les auteurs dits classiques ne mentionnent pas cette période lorsqu’ils parlent du travail du jeune cheval. J’ai également survolé  » Psychologie du cheval » de M. Hontag, mais aucun signe d’une quelconque crise. Peut-être que pour des cavaliers spécialisés en jeune chevaux, cette phase est tellement normale pour eux qu’ils ne la soulignent même pas ? Que dresser un jeune c’est faire avec son évolution et qu’il n’y a pas à parler de « crise » , sauf quand les manquements du cavaliers auront donné au cheval des opportunités de prendre le dessus ?

Evidemment je vous entend déjà dire que j’ai omis de parler du jeune cheval au naturel et de la place dans le groupe. J’y viens !

Pour faire court, lorsqu’il atteint la maturité sexuelle (vers 2 ans pour les juments, un peu plus tard pour les mâles, toujours en retard !), le jeune est chassé du groupe par l’étalon en chef. Il est pas bête, il ne va pas engrosser ses filles, ni laisser ses fils le faire, question basique de consanguinité. On pourrait penser qu’ils sont prêts pour aller conquérir d’autres troupeaux, mais non ! Ils sont encore trop jeunes, n’ont pas fini leur développement physique (ni l’apprentissage social). Rappelons que le squelette finit sa consolidation vers 6/7 ans. Ils forment donc un groupe de « d’jeunes » et s’entraînent à la « baston »pour aller plus tard voler des juments ou défier un vieil étalon sur le retour, roulant avec trop d’assurance dans sa grosse décapotable. Les chevaux ont une hiérarchie bien plus complexe que le simple schéma : chef / les autres. Mais globalement c’est à partir de 5 ans qu’ils peuvent tenter leur chance pour conquérir un nouveau groupe.  Ce qui expliquerait peut être cette histoire d’affirmation que l’on rencontre en selle. Les juments devant aussi se choisir un groupe, et seule l’expérience lui apprendra à ne pas suivre le premier filou venu.

Nous tenons donc des informations capitales pour expliquer le fameux séisme que subit le cavalier inexpérimenté.

En achetant un 3 ans fraîchement débourré très gentil sous la selle, il ne sait pas forcément à quoi il sera confronté dans 2 ans, ni comment le gérer. Il y a aussi des cavaliers qui font passer tous les problèmes de comportement sous l’étendard de la « crise ».  Pratique pour éviter la remise en question mais catastrophique pour l’équilibre du poulain. On peut aussi douter de ce qu’on demande et du coup le cheval le sent.  Quand on est débordé, il faut faire appelle à un professionnel de confiance, et ce n’est pas une honte. Dresser des jeunes c’est un métier.

C’est pourquoi on dit souvent à « jeune cheval, vieux cavalier », la question étant pour le cavalier de savoir évaluer ses propres capacités correctement, mais là encore, pour finir en dicton : « Il est plus facile de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre dans le sien ».

Publicités

Publié le 12 janvier 2014, dans Réflexions, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. galibert céline

    Ouah! Je manque toujours de vocabulaire pour expliquer les choses aussi clairement (et toujours avec humour) que tu le fais!
    Je partage vraiment ce point de vue à 200%!!! C’est tellement vrai, ce que tu écris sur cette « pseudo » crise d’ados…

  2. Et parfois, comme les humains qui ne font pas leur crise d’adolescence, certains chevaux ne font pas de crise aux 5 ans… en tous les cas les miens ne l’ont jamais fait… par contre la crise de la quarantaine (40 ans en humains ça fait bien 18 ans en cheval non?)

  3. Comme toujours très intéressant ce sujet. Je suis d’accord avec Anne Laure: les miens n’ont jamais fait de « crise d’ados » (ni les chevaux, ni les gamins!!!). Donc soit j’ai un « super ball » ( comme au foot américain; je n’ai que les meilleurs LOL,) soit le problème est très largement en amont.
    On oublie souvent que les enjeux de l’adolescence sont une « résurgence » de l’enfance (pour résumé car en fait c’est bien plus complexe). Donc quitte à y aller franco dans l’anthropomorphisme, allons-y les pieds joints!!! Dans ce cas, nos loulous à 4 pattes ne « se révèlent à l’ado » que lorsque les questions de hiérarchie n’ont pas été véritablement « réglées » dans l’enfance.
    N’est-il pas plus simple de se dire que bien éduquer dès le plus jeune âge, avec une relation construite sur la base d’échange sociaux coopérants on soustrait le rapport dominant/dominé à la relation homme/cheval et que du coup, les »crises » en tout genre ne sont plus nécessaires…..
    A force de penser que nos équidus nous imaginent comme des équidus égaux à eux on oublie qu’on se tient sur 2 jambes…(C’est à dire qu’on est en permanence « cabré ». avec des « antérieurs prêts à frapper) SI SI…

    • Justement je parle d’une affirmation du caractère vers 5 ans naturelle qui peut surprendre ceux qui ne le savent pas. Même avec une bonne éducation, certains chevaux changent à cette période et les amateurs non éclairés sont parfois débordés (les autres sont malins et se font encadrés humhum!).
      Après tous ne font pas de « crise » justement ou ne changent finalement pas beaucoup de caractère ..et tout dépend de qu’on leur demande aussi. Si cette période est accompagnée d’une progression du travail ( plus d’équilibre, des exercices plus techniques ..) il est normal que le jeune cheval n’est pas les mêmes réactions que lorsqu’on lui demande juste d’avancer aux 3 allures, dans le calme. C’est fatigant de faire un effort, à nous de bien doser pour ne pas qu’ils associent le travail à une sensation purement pénible.

    • Je tenais par contre à revenir sur la blague du « super ball » …….

      J’hésite encore …

      HIHIHI!

  4. Cet article me rassure un peu ! Heureuse cavalière d’une merveilleuse 4 ans (bientôt 5, gloups) cette perspective ne me réjouissait pas beaucoup. Bon, elle est déjà dominante avec les autres chevaux, vit au pré en société, bien élevée et respectueuse de l’homme, sans aucun vice, et si elle devient plus « chaude » ce n’est pas plus mal, donc je me dis déjà qu’avec ça on réduit un minimum les risques.

    Bien sûr cela reste un cheval avec ses humeurs qui ne sera sûrement pas exemplaire pendant toutes les séances de sa vie, mais son ancienne éleveuse (bah tient, la fameuse « gourou » de mon commentaire précédent sur l’article suivant – oui oui, je lis le blog à l’envers – vu comment elle monte ses chevaux et les conditions de vie qu’elle leur offre ça ne m’étonne qu’ils aient envie de se rebeller. Chose étonnante tous ses chevaux de compet’ étaient « des cas », pas de chance hein !) a tellement insisté sur « attention jument de sport dangereuse crise d’ado etc… » que ça m’était un peu resté dans la tête cette histoire !

    En fait pour tout avouer je m’attendais déjà à un cheval cabré et embarquant à toute allure une fois qu’une force obscure aurait appuyé sur le bouton « crise d’ado » dans sa tête. Faut-y pas être un peu bête, parfois !

  5. Depuis quelques semaines je me désespérais de voir mon gentil hongre de cinq ans (tiens!) que j’ai eu à trois ans et débourré sans problème être beaucoup moins docile qu’avant. Merci pour ce début de piste, je vais chercher un bon prof pour tenter de résoudre ça 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :