Les rênes allemandes

Ca fait trop pro, qui aura le droit d'en mettre tellement ça fait cool?

Ca fait trop pro, qui aura le droit d’en mettre tellement ça fait cool?

Retour aux choses sérieuses j’ai envie aujourd’hui de parler des rênes allemandes, instrument controversé, mais que l’on voit pas mal, que ce soit en amateur ou à haut niveau. Mais surtout la chose que j’entend le plus avec ces RA c’est: « ah ouai les RA c’est hyper délicat, faut vraiment pas les mettre dans toutes les mains, faut savoir doser »

Ce qui confère à la personne qui a dit ça une sorte de sésame magique: celui d’avoir le droit de mettre des RA, car LUI il sait les utiliser, pas comme les autres… Les RA seraient donc un gage de pro-itude chez les cavaliers novices!

Les rênes allemandes ou coulissantes ont un  effet abaisseur:  elles exercent une pression sur les barres  pour empêcher le cheval de s’ouvrir, voire lui ramener le chanfrein à la verticale. Le cavalier tente par ce moyen de mettre le cheval en main ou en extension d’encolure selon le besoin.

Définition officielle de la mise en main: « C’est la décontraction de la bouche et de la nuque dans l’attitude du ramener, l’encolure étant plus ou moins soutenue et arrondie, selon le degré de dressage et suivant l’amplitude de l’allure. La tête doit rester fixe et, en règle générale, le chanfrein légèrement en avant de la verticale, la nuque souple restant le point le plus haut de l’encolure. »

Déjà on parle de décontraction ce qui est assez compliqué à obtenir quand on force l’animal.

Le deuxième point est que cette mise en main ne peut se faire que sur un cheval « prêt » physiquement: impulsion, dos souple qui laisse passer le mouvement et permet au garrot de monter , contact accepté grâce à une main moelleuse.

Je ne comprend donc pas les cavaliers qui mettent des RA sur des chevaux complètement dé-musclés, au dos creux ou aillant peur du contact. Il en ressortira contractions et douleurs. De plus un jeune cheval ne peut soutenir une attitude de travail étendue plus de quelques minutes au début, raison pour laquelle dans 80% des cas il cherche à sortir de la main. Il faut donc faire des pauses régulières.

J’ai cet exemple de propriétaire niveau galop 3 totalement désespérée par son cheval dé-musclé, avec des problèmes de hanches à qui on a conseillé de mettre des RA pour le re-muscler et lui apprendre à se mettre en place. Le cheval étant complètement enfermé dans son enrênement, sur les épaules, trébuchant encore plus..

Mais la mode est aux chevaux complètements enfermés, chanfrein rentré, nuque cassée, c’est un critère d’esthétique qui fait rêver les cavaliers de club. Combien j’en ai entendu dire « il monte trop bien lui » en voyant un cavalier pleins bras sur son cheval la tête rentrée dans le poitrail. On en voit sur des carrés de dressage et certains forum en font l’apologie:

Il semblerait que ce soit une bonne attitude pour certains.

Il semblerait que ce soit une bonne attitude pour certains.

Certains cavaliers professionnels les utilisent aussi pour contenir des chevaux trop bouillonnants, ou de façon limitative, pour gagner du temps. Je met tout de même en garde les cavaliers qui voudraient les essayer de façon un peu trop « cavalière », certains chevaux ne supportent pas cette contrainte et le montrent de façon parfois explosive, jusqu’à se mettre debout très fort.

La seule utilisation que je leur ai trouvées pour mon equidus facétius est à la longe, pour lui soumettre l’idée de tenter la fabuleuse extension d’encolure et non pas pour le « placer’. Réglées très lâches pour lui permettre de relever la tête en cas de pokemon cachés derrière des arbres ou simplement de fatigue musculaire, c’est le seul enrênement qui l’a aidé à étirer son dos, le nez vers l’avant. Attention qu’il ne se prenne pas les sabots dedans, style rôti du dimanche. Maintenant je ne les met plus, il a compris l’exercice et je ne souhaite pas le coincer de toute façon 20 min dans la même position. Je suis claustrophe, un soutien gorge trop serré et c’est le drame, je ne fais donc pas subir la même chose. J’avais essayé le gogue (trop plaqué, contracté), le pessoa (contraction maximale, violentes défenses), les élastiques (il s’appuyait dessus). Sachant que l’extension d’encolure n’était absolument pas une attitude naturelle pour lui, il manquait de dos et se trouvait ravi de porter la tête en l’air.

Je ne suis pas fan des artifices, quels qu’ils soient et des contraintes trop fortes pour le cheval.  Je pense que cet instrument peut être utilisé de façon sporadique, pour tenter de régler un problème précis, mais avec  un cavalier qui sait s’en servir…reste à savoir ce qu’est un cavalier qui sait monter en RA, là est tout le problème..

 

 

Publicités

Publié le 16 décembre 2013, dans Réflexions, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Encore merci pour nos equidus placicus….
    Petite remarque: si le cheval est déjà « bien muscler » c’est qu’il se décontracte, se place et travaille dans le bon sens sans difficultés, autrement il ne serait pas « bien » muscler… Donc, lui n’a pas besoin des RA…D’où la quasi « inutilité » de l’enrênement…C’est un peu le serpent qui se mord la queue non???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :